La chronique de Lionel Saugues



Le 25 février dernier, sur le site de la Commission économique du Québec à Paris, la Confédération des Commerçants de France (CDF) a organisé une réunion de travail qui a réuni plus de 25 représentants (CCI, CGPME, organisation professionnelle, juristes, élus), sur le thème du modèle canadien des Sociétés de Développement Commercial (SDC), en vigueur au Québec depuis 1982.

Pour mémoire, les SDC sont destinées à gérer les centres-villes en danger notamment par rapport à l’implantation en périphérie des grandes chaînes de distribution Nord-Américaines.

Les échanges et la collaboration avec les services du Québec et plus particulièrement l’Institut d’administration publique du Grand Montréal (IAPGM) a apporté des éléments concrets sur le modèle en place au Québec.

A la suite des différentes réunions de travail, Mme BOUDET-CORRIC (Déléguée générale de la CDF), a constitué un groupe de travail composé de juristes (Mme LASSERRE, Professeur agrégée en droit enseignante à l’Université du Maine, Mme JUGAN de la CGPME, Mme MANEROUCK de la CCI France et Mme MORENO, Docteur en droit, de la CCI Paris-Ile-de-France), en vue de définir un modèle juridique qui permettrait de transposer en France le modèle des SDC.

L’Institut d’Administration publique du Grand Montréal a organisé à Montréal, les 21 et 22 mars 2016, un colloque international de la francophonie, autour de deux thématiques : la modernisation du service public et les Sociétés de Développement Commercial (SDC).

Une délégation française d’un peu plus d’une trentaine de personnes, dont Madame PINVILLE, Secrétaire d’Etat en charge du commerce, de l’artisanat, de l’économie sociale et solidaire, a pu observer dans le détail le fonctionnement des SDC et échanger avec les acteurs politiques et opérationnels en charge de ces SDC.

Sur cette base la Confédération des Commerçants de France est désormais en mesure de présenter un projet juridique français sur ce sujet.

Dans ce cadre, la Confédération des Commerçants de France organisera une réunion de présentation de ce modèle le 15 avril à laquelle j’ai le plaisir d’être personnellement convié.

A la suite de cette réunion sera présenté au Ministère du Commerce ce projet, avec comme objectif d’engager une phase d’expérimentation avec des villes volontaires. Ceci étant bien entendu possible si un texte de loi est proposé.

Ce sujet est d’importance les centres-villes actuellement en difficulté !

Pour plus d’informations : http://www.commercants-de-france.org/

Lionel Saugues

Publié le 31 mars 2016 à 13:34:30 dans Mes chroniques sur le commerce | Commentaires (0) |

3e édition des Assises de la Consommation


Mercredi 20 avril 2016 se dérouleront, de 8 heures 30 à 13 heures, à Paris la troisième édition des Assises de la Consommation.

Au programme

  • Introduction de Daniel Cohen, professeur d’économie à l’ENS

Constat 1
Un flou dans la définition de la consommation
Première interrogation : La consommation a-t-elle encore un avenir en l’état ?
De grands bouleversements sont à l’œuvre. Les consommateurs veulent donner du sens à ce qu’ils consomment. La révolution numérique, avec l’arrivée massive des géants du Net et les objets connectés, vient «flouter» les repères de la relation marchande. Et les ressources de la terre sont épuisables…

Intervenants
Jérôme Bédier (Directeur Général Délégué et Secrétaire Général du Groupe Carrefour)
Nathalie Damery (Présidente de l’ObSoCo)
Dominique Bourg (Professeur Université de Lausanne)
Laurent Zeller (Directeur Général de Nielsen)

Constat 2
Une porosité dans les frontières
Deuxième interrogation : Quelle place le commerce aura-t-il dans la ville de demain ?
La géographie du commerce, dans les pays industrialisés, épousait la géographie des modes de vie. Le «no parking, no business» avait consacré les installations commerciales péri-urbaines. Pourtant la ville aujourd’hui se redéfinit. Quelle influence auront les villes-mondes des pays émergents sur nos modèles urbains ? Comment concevoir aujourd’hui les lieux du commerce de demain ?

Intervenants
Jacques Creyssel, (Délégué Général de la FCD)
Olivier Mongin (Essayiste)
Christophe Dalstein (Directeur Général d’Europacity)

Constat 3
Des flux d’un nouveau genre
Troisième interrogation : Virtuel, réel, où en est-on et que fait-on ?
Phygital, omnicanal, multi-canal, ubiquité … quels que soient les mots employés, ils témoignent d’un nouveau rapport au monde en train de se créer, d’une porosité des frontières, dans lequel le réel et le virtuel vont s’entremêler. Les incidences sur le commerce sont nombreuses, de nouvelles façons de consommer et de vendre apparaissent.

Intervenants 
Olivier Badot (Doyen à la recherche de l’ESCP)
OmbelineChoupin (Entrepreneuse)
Thierry Cotillard (Président d’Intermarché et Netto)
Régis Schultz (Directeur Général de Darty)

Constat 4
Le spectre de la jungle futuriste
Quatrième interrogation : L’économie des plate-formes est-elle créatrice ou destructrice de valeurs ?
L’économie des plate-formes (la fameuse «ubérisation») interroge. Cette économie est-elle destructrice ou créatrice de valeurs ? Qui en tiendra les rênes ? Le numérique est-il un facteur de croissance ? Sous quelles conditions ? Quid de ce travail du consommateur qui fait tant débat aujourd’hui ? Quelle société voulons-nous pour demain ? Quelle contribution au bien commun ?

Intervenants 
Gilles Babinet (Digital champion à la Commission Européenne)
Denis Jacquet (Observatoire de l’Ubérisation)
Christophe Benavent (Professeur de marketing à Paris Ouest)

Inscriptions : http://assisesconso.org/inscription/

Publié le 25 mars 2016 à 09:05:16 dans Mes chroniques sur le commerce | Commentaires (0) |

La chronique de Lionel Saugues



Esprit d’équipe, transversalité, proximité et réactivité!

En tant qu'élus locaux en charge du commerce et de l’artisanat, mes collègues Caroline Montagnier, Eric Bargain et moi-même sommes tous les jours, sur le terrain, aux côtés des différents acteurs du commerce qui nous font part de leurs problématiques liées aux différentes fonctions d’une ville : stationnement, voirie, circulation, propreté, sécurité, urbanisme, animation, attractivité… Cette proximité avec les acteurs économiques de notre ville, nous en avons fait une de nos priorités fortes.

Afin d’apporter les meilleures réponses possibles aux questions et interrogations qui nous sont soumises, nous sommes quotidiennement en lien étroit avec nos collègues élus en charge de ces délégations mais aussi avec les services de l’Etat, du Conseil Départemental, de Saint-Etienne Métropole, les Chambres consulaires, les associations de commerçants, les enseignes, les franchises, les centres commerciaux, les agents immobiliers, les acteurs bancaires…

Pour mener à bien notre ambitieux plan de mandat, c'est toute une équipe qui est sur le pont, autour de notre Maire, et qui se mobilise au quotidien pour répondre, avec la plus grande réactivité possible, aux attentes légitimes des stéphanoises et des stéphanois.

En avant Saint-Etienne !

Lionel Saugues

Publié le 11 mars 2016 à 19:52:13 dans Mon activité d'élu local | Commentaires (0) |

La chronique de Lionel Saugues


Depuis que je suis élu, j’organise mon temps entre mon activité professionnelle à Lyon, mon mandat d’élu municipal à Saint-Etienne et mes activités nationales à Paris.


Les textes en vigueur permettent au salarié élu municipal (comme moi) de bénéficier d'un crédit d'heures qui peut être utilisé pour la gestion administrative de la commune et la préparation des réunions des instances où il siège.
Ce crédit d'heures autorisé varie en fonction de l'importance du mandat et de la commune. C’est ainsi que dans mon cas la durée légale du crédit d'heures est fixée à  140 heures par trimestre soit un peu plus de 46 heures par mois et de manière cumulée ne peut pas dépasser 803 heures 30 par an.

Je consacre donc ces 46 heures par mois à mon mandat municipal et 110 autres heures par mois (environ 4 heures chaque jour et 6 heures par week-end) pour le suivi des dossiers, les relations avec les services, les visites de commerces les rencontres avec les acteurs du commerce et nos partenaires, la signature des différents documents, les rendez-vous, les représentations, les Conseils Municipaux…

Enfin, mes congés me permettent d’organiser mes activités nationales.

Lionel Saugues 

Publié le 06 mars 2016 à 12:54:30 dans Mon activité d'élu local | Commentaires (0) |

Beau succès pour notre Apéro Brunch qui s’est déroulé à Firminy


Encore un beau succès pour notre traditionnel Apéro Brunch qui a mobilisé un peu plus d'une vingtaine de personnes samedi 5 mars à Firminy.

Toute l’équipe du «Comité Saint-Etienne et la Loire avec Alain Juppé» est ravie de constater que la dynamique autour d'Alain Juppé, qui prend de l'ampleur a l'échelle nationale, s'amplifie aussi fortement dans la Loire et très bientôt en Haute-Loire avec notre soutien.

Rendez-vous, début avril, à Monistrol avec Anne-Audrey Patural , Ludovic Bergeron Ortiz, Arehi Bergeron Ortiz, Agnès Bringas et moi-même.

Et plus généralement tous les 15 jours, jusqu'a la tenue des Primaires de la Droite et du Centre (qui se dérouleront en novembre) dans une ville du département de la Loire !

Pour mémoire, notre Comité territorial a pour mission de rassembler toutes celles et tous ceux qui à Saint-Etienne et dans la Loire désirent accompagner Alain Juppé dans la préparation de son programme pour la France et dans la campagne pour les primaires de l'avenir qui permettront d'assurer une véritable alternance politique dans notre pays.
Il est un lieu de rencontre, de débat et de réflexion ouvert à tous ceux qui se reconnaissent dans la démarche d'Alain Juppé et qui adhèrent à la Charte des valeurs du "Cap AJ pour la France" avec comme objectif notamment d'apaiser, de rassembler et de réformer.

Pour tout renseignement «Comité Saint-Etienne et la Loire avec Alain Juppé»comiteaj42@yahoo.fr

Lionel Saugues

Publié le 05 mars 2016 à 21:03:39 dans Mon engagement politique | Commentaires (0) |

Une stratégie ambitieuse et inédite en faveur du commerce et de l'artisanat de Saint-Etienne


Dans le cadre de notre politique de développement du commerce et de l'artisanat initiée il y a deux ans, nous avons souhaité nous doter d'une stratégie qui se décline autour de plusieurs objectifs qui visent à la dynamisation de l'activité marchande de Saint-Etienne.

Afin de positionner notre centre-ville comme un pôle leader de notre zone de chalandise, plusieurs installations récentes d'enseignes nationales ont été enregistrées lors des derniers mois à l'image de Monoprix, Adidas, Kiko, Bagelstein, Le Bourget, G-Star, Mc Do Originals...

En parallèle, de nombreux équipements commerciaux présents sur l'ensemble du territoire font l'objet d'une politique d'investissement privée et publique forte : pôle des Ursules en cœur de ville, retail park " Steel " à Pont de l'Âne, extension de la galerie marchande Géant Casino a Monthieu, modernisation de Centre 2... Les quartiers ne sont pas non plus oubliés avec l'ouverture de nouveaux commerces à Montreynaud, la création prochaine d'un nouveau pôle commercial a la Marandiniere, le réaménagement des espaces publics en bordure des pôles commerciaux comme a Bergson ou encore la dynamisation de nos marchés forains. 

Tout ceci sera conforté par la troisième tranche de l'Opération urbaine sur crédits FISAC qui permettra la conduite de nombreuses actions en faveur du commerce local dont l'attribution d'aides directes ou le développement d'actions autour du design.

Pour répondre au mieux aux besoins des habitants et usagers de notre ville, nous nous attachons à ce que le développement des différents pôles commerciaux soit équilibré, ceci en lien avec Saint-Etienne Métropole et le SCOT Sud-Loire. C’est dans ce contexte que nous avons fait évoluer certains outils réglementaires tels que le Plan Local d’Urbanisme (PLU).

Avec les professionnels de l’immobilier commercial nous nous attachons aussi à fluidifier le marché de l’immobilier commercial local. Des actions sont en cours d’étude pour lutter contre la vacance commerciale de certaines artères commerciales telles que la rue de la République ou la rue de la Ville. 

Nous menons également des actions de promotion auprès des enseignes, franchises et autres acteurs commerciaux nationaux afin d'attirer des investissements. C’est ainsi qu’une véritable stratégie de prospection est engagée : participation à des salons professionnels, accueil d’enseignes, accueil d’événements commerciaux, réalisation d'une plaquette de promotion commerciale du territoire.

Nous nous attachons, par ailleurs, à développer des liens étroits avec les commerçants et les artisans du territoire sur le terrain, à l’occasion de moments privilégiés ou de grands événements (visites guidées Biennale Internationale Design, Foire économique de Saint-Etienne, Festival Paroles & Musique...).

La création d'un Conseil consultatif du commerce, unique en France, sera bientôt l’occasion de partager notre stratégie et d'échanger avec les acteurs du commerce sur les problématiques du territoire. En parallèle, nous avons développé des outils pour améliorer le suivi des demandes quotidiennes des commerçants, pour accompagner les porteurs de projet et les enseignes souhaitant s'implanter à Saint-Étienne. Plus de 1 500 commerçants ont été rencontrés en 2 ans sur le terrain par une Délégation commerce créée en avril 2014 et composée de 3 élus.

Nous soutenons financièrement Sainte Centre Ville et la professionnalisation des associations de commerçants et d’artisans qui contribuent fortement à l'animation et à la vie des rues commerçantes du centre-ville et des quartiers. Les initiatives et les événements se multiplient depuis deux ans et de nouvelles unions commerciales ont vu le jour ou ont été relancées dans les secteurs de Saint-Jacques, Sainte Catherine, Carnot...

Nous avons également souhaité faire de l'occupation commerciale du domaine public un véritable levier de dynamisation avec l'autorisation de sortir les terrasses des cafés et des restaurants stéphanois toute l'annee, la publication d’un nouveau règlement d'occupation du domaine public, le développement inédit d'une offre de food-trucks mais aussi le lancement d’un appel à projets pour l'attribution des emplacements de restauration rapide autour du stade Geoffroy Guichard en prévision de l'Euro 2016. Enfin, nous travaillons à l’élaboration d’un nouveau règlement des marchés forains qui permettra en 2016 d’animer et de rendre nos marchés encore plus attractifs.

Nous avons souhaité que nos animations commerciales reflètent aussi notre position de deuxième ville de la Rhône-Alpes / Auvergne. La Grande Braderie de juin est en cours de repositionnement avec notamment plus de qualité et plus d'animations. L'extension du Marché de Noël vers la place Dorian, avec plus de 62 chalets occupés, l'organisation de 4 nocturnes commerciales et l'accueil d'activités nouvelles permettent a cet événement majeur d'attirer un public toujours plus nombreux dans les rues commerçantes de notre ville.

En 2015, le premier City Guide Design Saint-Etienne a été créé. Près de 1 000 commerces ont également diffusé des vitrophanies «Saint-Etienne Ville de Design UNESCO» afin de valoriser le design auprès de leur clientèle. Notre travail de mobilisation a également permis aux commerçants et artisans de participer, à leur niveau, à la Biennale Internationale Design 2015, par le biais de décorations de vitrines ou d'expositions OFF. Enfin, notre concours Commerce Design Saint-Etienne, avec 44 candidats cette année (soit + 100% par rapport à l'édition précédente) témoigne de l'appropriation du design par le monde du commerce stephanois qui y voit un véritable levier d'attractivité.

Lionel Saugues 

Publié le 28 février 2016 à 08:07:47 dans Mon activité d'élu local | Commentaires (0) |

Initiative France et la Fédération des Boutiques à l’Essai s’unissent pour soutenir le commerce de proximité

«Ma Boutique à l’Essai» est un programme qui permet à un porteur de projet de tester pendant quelques mois son idée de commerce en centre-ville grâce à un loyer modéré et à un accompagnement pré et post création.

Initiative France, 1er réseau français de financement et d’accompagnement des créateurs d’entreprises, et la Fédération des Boutiques à l’Essai ont annoncé la signature d’une convention de partenariat national pour permettre de multiplier le nombre de boutiques à l'essai en France.

Par cet accord, les deux réseaux se mobilisent en faveur du développement du tissu économique local à travers le déploiement du dispositif «Ma Boutique à l’Essai» et contribuent ainsi à la redynamisation des territoires par la création d’entreprises.

Ce programme unique en France permet à un porteur de projet de tester pendant quelques mois son idée de commerce en centre-ville grâce à un loyer modéré et à un accompagnement pré et post création.

Pour mémoire, la disparition progressive des commerces de proximité a pénalisé le dynamisme de nombreux centres-villes alors que beaucoup de Français aspirent à un projet de commerce local, mais n'osent pas franchir le pas en raison des risques financiers. 

Le commerce local, longtemps en déclin, entre dans une phase de renouvellement auquel le dispositif "Ma Boutique à l’Essai" contribue.

Publié le 25 février 2016 à 20:22:27 dans Mes chroniques sur le commerce | Commentaires (0) |

<< |1| 2| 3| 4| 5| 6| 7| 8| 9| 10| 11| 12| 13| 14| 15| 16| >>