Elections Européennes La République en Marche, première force politique de Saint-Etienne !

Dimanche 26 mai, se sont déroulées les élections européennes avec une participation particulièrement remarquée qu’il convient de saluer. Le Rassemblement National avec 23,3 % devance de moins d’un point (0,9%) la République en Marche et ce malgré un contexte particulier lié aux Gilets Jaunes et à une mobilisation de la plupart des partis contre le Président de la République et son Gouvernement. Au final, après la sortie du Royaume Uni de l’Union Européenne, En Marche et le Rassemblement National disposeront, chacun, de 23 sièges au Parlement.

Au niveau de Saint-Etienne, notre liste « Renaissance » avec Nathalie LoiseauVéronique Trillet-Lenoir a recueilli 22, 4% des suffrages contre 19,5% pour le Rassemblement National dont l’emprise a été contenue. Il est à noter également que les Républicains, bien que soutenus par l’équipe municipale, ont subi un véritable crash électoral avec moins de 10% des suffrages obtenus. A noter enfin, sur le plan local comme à l’échelle nationale, les très bons résultats des Ecologistes démontrant ainsi que les questions environnementales constituent un sujet majeur.

Avec mes collègues animateurs du Comité « En Marche Saint-Etienne » Magalie Viallon et Rachid Oulmi nous avions fait des Européennes une grande priorité. Nous remercions l’ensemble des Marcheurs qui, depuis plusieurs semaines, ont mené sans relache une très belle campagne de conviction et de terrain aux côtés des Stéphanois en centre-ville, dans nos quartiers, sur les marchés et qui se sont mobilisés en nombre toute la journée d’hier pour tenir les bureaux de vote.

Une mention spéciale pour nos Jeunes avec Macron - Saint-Etienne et sa responsable Audrey Lyonnet ainsi qu’à nos partenaires, notamment le Modem représenté par Thierry Rd.

Cette forte mobilisation de nos équipes a conduit à faire de notre Mouvement la première force politique de notre ville sur laquelle il faudra compter pour les prochaines échéances électorales afin d’ancrer durablement En Marche à Saint-Etienne !

Lionel Saugues

Publié le 28 mai 2019 à 10:12:24 dans Mon engagement politique | Commentaires (0) |

Interview sur Sud Radio dans le cadre de son émission, le Grand Matin, pour évoquer la situation du commerce et des centres-villes en France

En tant que Vice-Président de la Confédération des Commerçants de France aux côtés de Francis Palombi, j'étais interviewé ce matin à 5h50 sur Sud Radio dans le cadre de son émission "Le Grand Matin" pour évoquer la situation du commerce et des centres-villes en France.

Sur les Gilets Jaunes, tout d'abord, j'ai précisé que tout cela avait beaucoup trop duré après 6 mois de manifestations et un acte 26 qui a encore perturbé de trop nombreuses villes. Plus généralement ce sont des baisses de 30 à 40 % de chiffre d'affaires que nous avons observées dans de multiples secteurs d'activité et une chute importante de la detaxe en France qui mesure la consommation des touristes étrangers. Même s'il faut aller encore plus loin, le Gouvernement se mobilise beaucoup pour aider nos entreprises et nos territoires à passer ce cap difficile. J'ai ainsi salué une nouvelle fois sur l'antenne de Sud Radio l'annonce faite avant hier par notre 1er Ministre, Edouard Philippe, en faveur du commerce stéphanois avec une enveloppe de 300 000 € pour notre ville et 3 M€ à l'échelle nationale.

La question de l'avenir de nos centres-villes a également été largement abordée lors de mon échange avec le journaliste Benjamin Graise : développement de la vacance commerciale, disparition du commerce dans nos villages et nos quartiers, concurrence de l'internet et des GAFA...

Enfin, à quelques jours de la tenue des élections européennes et à un an des élections municipales, j'ai appelé de mes voeux à ce que le commerce de centre-ville, véritable enjeux de société, devienne une priorité majeure pour nos futurs députés européens et nos futurs maires.

Lionel Saugues

Publié le 16 mai 2019 à 08:35:32 dans Mes interventions dans les médias | Commentaires (0) |

UNE NOUVELLE STRUCTURATION POUR LE COMITE EN MARCHE SAINT-ETIENNE

Nous avons le plaisir de vous informer de la nouvelle structuration du Comité En Marche Saint-Etienne suite au départ de Guillaume Arcese qui vient de quitter notre région pour des raisons professionnelles.

Nous avons choisi de vous proposer la complémentarité d’une co-animation équilibrée plutôt que d’un unique successeur pour animer le Comité de Saint-Etienne qui comptent à ce jour environ 600 adhérents.

Nous entendons incarner sur Saint-Etienne les valeurs fondatrices du mouvement, qui sont de chercher à construire ensemble le bien commun avec toutes les bonnes volontés, dans la logique du « faire », uni par le projet de société que l’on souhaite faire advenir, en regardant là où l’on veut aller plutôt que là d’où l’on vient, et avec la force d’une intelligence diverse et collective.

Vous pouvez retrouver le profil de vos nouveaux animateurs ci-dessous, leur engagement et les convictions qu’ils portent sur le terrain aux contacts des Stéphanois :

Rachid Oulmi Agé de 47 ans, marié et parent de 8 enfants, Rachid a toujours vécu dans le quartier cosmopolite de Tarentaize-Beaubrun-Couriot. Il a étudié les sciences économiques à l’Université Jean-Monnet où il a obtenu un DEA en économie de la production et des organisations. Il a commencé sa carrière en tant qu'enseignant et en parallèle a œuvré au sein d’une association d’éducation populaire au sein du quartier où il a grandi et où ses racines sont ancrées. Il a milité pour améliorer la qualité de vie des habitants à travers différents projets et a aussi une expérience syndicale significative. Aujourd’hui, Rachid est directeur adjoint et pédagogique dans un Centre de Formation pour Apprentis. https://twitter.com/RachidOulmi

Lionel Saugues, Fils d’un ancien Major de l’Armée de l’Air et d’une mère au foyer, 44 ans, marié et papa d’un garçon de 13 ans. Après avoir fait des études d’urbanisme, Lionel a obtenu un DESS spécialisé dans le conseil et l’ingénierie territoriale à l’Université Jean Monnet. Actuellement Conseiller municipal à la Ville de Saint-Etienne et Conseiller communautaire à Saint-Etienne Métropole. Très impliqué dans les questions du commerce et des centres-villes, il est Vice-Président de la Confédération des Commerçants de France en charge des relations avec les élus et les parlementaires. Il est également impliqué depuis plusieurs années au sein de l’association Centre-Ville en Mouvement en tant que membre du Bureau. https://twitter.com/LionelSaugues

Magalie Viallon, Fille d’une enseignante et d’un entrepreneur du secteur alimentaire, 46 ans, mariée, physicienne dans le domaine de la santé. Candidate de la majorité présidentielle dans la 1ère circonscription de la Loire. Son parcours professionnel l’a amené à travailler en Allemagne, aux Etats-Unis et en Suisse, dans le privé comme dans le public. Ses thématiques de recherche concernent le développement de méthodes d'imagerie non-invasives (Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) et Echographie) plus particulièrement pour les pathologies cardiovasculaires et au service de la prévention par le sport, l’activité physique et la nutrition. https://twitter.com/MagalieViallon

Cette co-animation entend s’appuyer sur une équipe large, représentative et ouverte dont nous continuerons de définir ensemble la forme organisationnelle. A très bientôt pour vous en présenter les talents !

Pour s’inscrire, proposer des projets-citoyens, suivre les évènements, proposer des thématiques de reflexion et de travail, nous contacter, c'est ici :

- Internet : https://en-marche.fr/comites/en-marche-saint-etienne

- Twitter : https://twitter.com/sainteenmarche

- Facebook : https://www.facebook.com/EnMarcheSaintEtienne/

L'équipe du Comité En Marche Saint-Etienne

Publié le 05 mai 2019 à 19:22:58 dans Mon engagement politique | Commentaires (0) |

Les enseignes nationales boudent à nouveau Saint-Etienne!

Entre 2014 et fin 2017, j'avais notamment souhaité orienter l'action de la délégation commerce de la Ville de Saint-Etienne sur la promotion en direction des enseignes afin d’attirer de nouvelles marques qui faisaient défaut jusqu'alors à notre territoire.

Dans ce cadre, nous avons accueilli la revue spécialisée Sites Commerciaux, participé aux différents salons spécialisés (Salons Franchise Lyon, Paris, Mapic, Siec …), accueilli les rencontres régionales du commerce, reçu des investisseurs, co-organisé Viso commerce, conçu une plaquette de promotion du territoire, soutenu les porteurs de projets, accompagné les agents immobiliers...

Cette politique volontariste avait contribué à l'ouverture de dizaines d'enseignes dans notre ville dont la presse s'était beaucoup fait l'écho ces dernières années.

L'année 2018 aura malheureusement été marquée par un très fort repli des enseignes nationales avec très peu de nouvelles implantations malgré quelques ouvertures significatives comme Flying Tiger mais surtout des départs inédits d'enseignes qui ont décidé de quitter, purement et simplement Saint-Etienne : Maison Pozzoli, Cinna, S.Oliver, Geek Store, Beauty Success, Toys R Us Express, G Star, La Grande Recrée, Lucien et la Cocotte et plus récemment l'enseigne stéphanoise Gustum qui vient de fermer ses restaurants du côté de Bellevue et de Châteaucreux...

Ce repli devrait être confirmé par le traditionnel bilan annuel des ouvertures-fermetures réalisé en chaque début d'année par le Progrès.

Ce repli est particulièrement inquiétant alors même que les effets des manifestations des gilets jaunes ne se sont pas encore faits sentir, que nos indépendants souffrent également comme jamais et que le projet Steel voulu par le Maire arrive à grands pas.

Lionel Saugues

Publié le 23 février 2019 à 08:59:21 dans Mes chroniques sur le commerce | Commentaires (0) |

Communiqué de presse - Un plan Marshall pour le Commerce Stéphanois : pour une exonération totale de la TLPE et des taxes sur les enseignes pour les commerçants stéphanois en 2019 !

Un Plan Marshall pour le Commerce Stéphanois : pour une exonération totale de la TLPE et des taxes sur les enseignes pour les commerçants stéphanois en 2019 !

La crise des Gilets jaunes de ces dernières semaines aura grandement mise à mal le commerce de notre pays et bon nombre d'entreprises françaises.

La Confédération des Commerçants de France dont je suis Vice-Président délégué a évoqué sur les grands médias nationaux par l'intermédiaire de Francis Palombi une "véritable catastrophe" avec baisse du chiffre d'affaires de nos commerçants de centre-ville comprise entre 40 % et 70 % selon les corporations, qui plus est en pleine saison des achats de Noël, une période cruciale pour le commerce.

Saint-Etienne a été malheureusement particulièrement touchée pour cette série de violence. 

Dès le 9 décembre, j'avais publiquement demandé que la Ville prenne des mesures d'urgence afin d'apporter un peu d'oxygène à nos commerçants et artisans qui en ont particulièrement besoin et ce en complément du programme d'accompagnement des entreprises en difficultés voulu par le Gouvernement. https://www.economie.gouv.fr/mouvement-des-gilets-jaunes-accompagnement-des-entreprises

Je suis ravi que mon appel ait été entendu avec l'annonce le 13 décembre dernier de la mise en place d'un plan commerce comme dans de nombreuses autres villes de France : Paris, Bordeaux, Toulouse, Dijon...
Depuis plusieurs jours et malgré la mise en place de ces mesures ponctuelles, je suis interpellé par de nombreux commerçants et artisans qui m'ont fait part de leur forte inquiétude à propos de l'avenir de leurs activités l'année prochaine.

Dans ce contexte exceptionnel et compte tenu des enjeux pour l'avenir de notre centre-ville, il me semble impératif d'aller encore plus loin dans le soutien à nos commercants et artisans.
En plus d'une aide spécifique pour les commerçants non sédentaires, l'exonération au titre de l'année 2019 de la Taxe Locale sur la Publicité Exterieure (TLPE) et des taxes sur les enseignes pour l'ensemble des commerçants et artisans stéphanois semble la réponse la plus pertinente, équitable et cohérente. Elle serait par ailleurs conforme avec les promesses de campagne faite en 2014 par Gaël Perdriau au sujet de la TLPE.

Je me tiens bien évidemment à la disposition de M. le Maire pour soutenir avec force cette proposition dans l'intérêt de nos entreprises et au delà de toute posture partisane.

Lionel Saugues

Publié le 19 décembre 2018 à 15:57:16 dans Mon activité d'élu local | Commentaires (0) |

Saint -Etienne : Nouveau coup dur pour la Rue de la République!

Nouveau coup dur pour la Rue de la République

Ces dernières années, cette rue commerçante emblématique avait connu un léger regain d'activités dans sa partie basse notamment avec l'implantation de belles boutiques ou activités de services : 1909 Escape Game, Citya, Tapis Vert, Supercagette, Nounou Adom, Globule Rouge, L'Atelier du sourcil...

Ces ouvertures s'inscrivaient dans une dynamique que nous avions souhaitée initier autour des événements "République du design", "République des Livres" ou encore "République de Noël" dont la première édition avait vu le jour le 25 novembre 2017 avec pas moins de 9 neufs locaux utilisés et 11 associations mobilisées.

Depuis quelques mois maintenant, on assiste à une nouvelle série de dépôts de bilan ou d'annonces de fermetures : photographe, chausseur, transfert de Vapostore, boutique Cinna d'ici peu de temps...

Au regard de la situation et comme de nombreux stéphanois, je regrette que l'équipe municipale n'ait pas souhaité reconduire l'opération "République de Noël" et ne se mobilise plus suffisamment pour relancer cet axe pourtant si stratégique entre notre coeur de ville et le secteur de Chateaucreux.

Lionel Saugues

Publié le 25 novembre 2018 à 15:46:05 dans Mes chroniques sur le commerce | Commentaires (0) |

Interview de Monsieur Michel Béal

La parole des stéphanois ayant été confisquée par Monsieur Perdriau et son équipe municipale, j’ai souhaité aller à la rencontre de Monsieur Michel Béal qui avait été son adjoint aux ressources humaines avant de lui remettre sa démission. J’avais eu des échos positifs de Monsieur Michel Béal de la part de personnes de différentes sensibilités politiques. Je lui ai donc téléphoné et il a accepté avec plaisir de répondre à quelques questions. je suis allé le voir et j’ai rencontré un homme charmant, ouvert au dialogue et très respectueux.

Bonjour Monsieur, pouvez-vous présenter ?

Oui, avec plaisir. J’ai soixante-quatre ans, je suis né à SAINT-ETIENNE. J’y ai fait mes études, tout d’abord, au lycée Claude Fauriel, puis, ensuite, à la faculté de droit de l’université Jean Monnet. Par la suite, et pendant près de quarante ans, j’ai exercé, avec passion, la profession d’avocat au barreau de cette ville, et ai assumé, à deux reprises, les fonctions de bâtonnier de l’ordre en 1992-93 et 2002-03. Depuis deux ans, je suis avocat honoraire …

Qu’est-ce qui vous a donné envie de devenir adjoint aux ressources humaines ? Comment envisagiez-vous votre fonction et, au début, avez-vous pu l’exercer comme vous le souhaitiez?

J’ai fait la connaissance de Gaël PERDRIAU en 2008. A l’époque, Michel THIOLLIERE, ami d’enfance, m’avait demandé d’être sur la liste qu’il menait à l’occasion des élections municipales et où figurait, également, le futur maire de SAINT-ETIENNE. Par la suite, j’ai intégré, en 2012, le groupe municipal d’opposition qu’il présidait et nos relations, bien que j’aie « le cœur à gauche », se sont renforcées dans un respect réciproque. C’est dans ce contexte que Gaël PERDRIAU, pour les élections municipales de 2014, a souhaité que je figure, au titre de la société civile et des radicaux « dissidents » , sur la liste qu’il entendait conduire, et, après son succès, il m’a confié le poste d’adjoint aux ressources humaines car il connaissait mon parcours d’avocat en droit social et savait que, pendant de longues années, les ressources humaines avaient été au centre de mes préoccupations professionnelles et … que j’entretenais de bonnes relations avec les syndicats. J’ai accepté ce poste car la politique, à l’époque, issue du programme électoral et mise en œuvre par le maire, correspondait à ma conception des ressources humaines, à savoir : un réel dialogue social avec les organisations syndicales et une proximité renforcée de l’élu avec l’ensemble des agents de la collectivité. Pendant près de deux ans et demi, j’ai pu mener librement cette nouvelle politique sociale et le maire a rendu hommage à mon travail, comme en décembre 2015, par exemple, lorsqu’il m’écrivait que mon implication, toute particulière, témoignait du rôle essentiel des ressources humaines, et qu’elle avait permis de restaurer un climat de confiance sociale.

Alors que vous étiez adjoint au maire de Monsieur PERDRIAU, vous avez pourtant choisi de démissionner. Pour quelles raisons ?

En effet, j’ai démissionné en octobre 2016, car, quelques mois auparavant, le programme électoral, et les promesses qu’il contenait, ont été abandonnés, et j’ai constaté que je ne pouvais plus exercer mes fonctions d’adjoint sans renoncer à mes convictions …

Vous avez déclaré dans un article de l’ESSOR, datant du 11 octobre 2016, que « le dialogue social (entre les différents partenaires sociaux et acteurs de la ville), pour arriver à des consensus, et à des compromis durables, dans une atmosphère apaisée, n’était plus le bienvenu pour Monsieur PERDRIAU ». Il est pourtant essentiel qu’un élu soit à l’écoute de ses concitoyens et soit en capacité de dialoguer sereinement avec eux ?

Oui, il est essentiel, pour un élu, d’être à l’écoute de ses concitoyens et d’être en capacité de dialoguer sereinement avec eux. Mais tel n’était plus le cas, tout au moins, à l’époque, dans ma délégation. Une nouvelle politique, sans lien avec celle qui avait été prévue initialement dans le programme électoral de 2014, était, désormais, dictée par le cabinet du maire avec l’aide d’une partie de l’administration, sans concertation avec moi. Au surplus, comme je l’avais indiqué, à l’époque, aux journalistes du « Progrès », qui l’ont relaté dans les colonnes de leur journal, j’étais en total désaccord avec cette nouvelle politique, car, pour ma part, je suis pour la négociation et la recherche du consensus, même si cela exige une grande implication. Je pense que la confrontation, en matière sociale, comme, d’ailleurs, dans toutes les matières, ne mène à rien de durable au final. Avec cette méthode, vous réussissez ponctuellement car, à un moment, vous êtes le plus fort, mais, le jour d’après, ce sont les autres qui sont les plus forts et ils vous le font payer !!! C’est à long terme, une politique néfaste et je constate, aujourd’hui, encore, qu’un grand malaise règne au sein de la collectivité dans tous les services…

Au moment de votre démission, vous avez déclaré que ce manque de dialogue social n’était pas propre à votre délégation et plusieurs de vos collègues ont d’ailleurs démissionné par la suite…

Oui, le malaise est général car les promesses électorales, qui avaient fait naître un grand espoir parmi les agents de la collectivité et, d’une façon générale, chez nos concitoyens, ne sont pas, ou plus, au rendez-vous … Effectivement, plusieurs cadres de l’administration municipale, qui étaient en désaccord avec cette nouvelle politique et qui ne supportaient plus ce climat social délétère, ont démissionné. L’adjoint au commerce, Lionel SAUGUES, a fait de même, car la relance du centre-ville, qui avait été l’une des promesses électorales d’importance, a, elle aussi, été abandonnée avec la création, en périphérie, d’un grand centre commercial, désormais, concurrentiel des petits commerces de proximité du centre de la cité.

Le maire a déclaré que vous vous désintéressiez de « la chose publique » et que c’est pour cette raison, entre autre, qu’il vous avait demandé de lui remettre votre démission. Pensez-vous, avec le recul, que cette raison était justifiée et, aujourd’hui, quelle est votre vision de la politique ? Avez-vous toujours envie de vous investir, d’une façon ou d’une autre, pour la ville de SAINT-ETIENNE ?

J’ai été très meurtri quand le maire a voulu faire croire que je me désintéressais de la « chose publique » et que c’était pour cette raison qu’il m’avait demandé de lui remettre ma démission. Il a bien fallu qu’il minimise l’impact de mon départ, mais, quoiqu’il en soit, ainsi que cela a été rapporté dans la presse locale, à l’époque, beaucoup de mes collègues m’ont témoigné de leur sympathie et certains d’entre eux ont déclaré aux journalistes, qui les interrogeaient, « j’ai de l’admiration pour M. BEAL et pour le travail accompli », « j’ai accordé toute ma confiance à Michel et j’ai beaucoup aimé travailler à ses côtés » … De nombreux agents et responsables syndicaux m’ont fait part, également, de leur désarroi suite à mon départ … Ces messages de sympathie m’ont beaucoup touché et ont effacé, très rapidement, les propos, peu courtois, du maire, à mon endroit. Mais je ne cache pas que j’ai été déçu par le monde politique local et, aussi, national, car, si l’exercice du pouvoir exige des compromis, cela ne doit pas se faire au détriment des convictions et des engagements pris devant les citoyens. A défaut, le populisme risque d’obtenir, très bientôt, ici, comme c’est le cas ailleurs, l’adhésion du plus grand nombre… C’est pourquoi, je ne sais si j’ai encore envie de m’investir, dans un avenir proche, dans un nouveau combat politique pour notre ville…

Je vous remercie d’avoir répondu à mes questions. N’hésitez pas à me contacter, si vous souhaitez vous exprimer de nouveau dans le média citoyen Sainté Debout pour le bien de tous les stéphanois.

Merci Fabrice…

Pour plus d'information https://www.saintédebout.fr  

Publié le 19 octobre 2018 à 13:30:37 dans Mon activité d'élu local | Commentaires (0) |

1| 2| 3| 4| 5| 6| 7| 8| 9| 10| 11| 12| 13| 14| 15| 16| 17| 18| 19| 20| 21| >>

Tous les derniers titres